Comment se démarquer en entretien d’embauche ?

Comment se différencier des autres candidats et briller lors d’un entretien de recrutement ? Car vous ne serez certainement pas le (la) seul(e) candidat(e) à voir le recruteur. Voici 5 conseils qui vous aideront à sortir du lot et vous démarquer favorablement pour décrocher l’emploi de vos rêves.

Pitcher son parcours professionnel

Dans 90 % des cas, l’entretien d’embauche commence par la question suivante : Parlez-moi de vous. Une occasion en or à saisir pour vous démarquer dans votre présentation. 

Le recruteur connaît déjà votre CV. Pas la peine d’en faire une redite rébarbative. Pour ne pas tomber dans cet écueil, vous pouvez préparer un résumé de votre CV, une sorte de synthèse de votre parcours professionnel. Vous pouvez même faire un pitch efficace de cette partie de votre CV. Bien réalisé, votre interlocuteur sera attentif à votre discours et retiendra mieux les détails de votre parcours. 

Ne présentez que vos expériences les plus significatives ! Inutiles de mentionner ou de vous attarder dans les moindres détails sur vos stages de 3 mois dans le cadre de vos études.  

Un conseil ! Ce n’est pas le moment d’être modeste sur votre CV. Tout en restant mesuré bien entendu. Soyez fier de votre parcours professionnel, de ce que vous avez accompli et de ce que vous pouvez faire pour votre futur employeur.

Présenter ses savoir-faire mais aussi savoir-être

De la même manière que votre parcours professionnel peut être synthétisé, vos compétences le sont aussi. Inutile de vous lancer dans l’énumération de ce tout ce que vous savez faire. Entraînez-vous à l’avance et listez vos atouts. Pas une liste infinie, mais 3 ou 4 compétences clés attendues sur le poste. Pour vous démarquer avec succès lors de l’entretien d’embauche, il vous faut donc bien maîtriser la fiche de poste et décrypter l’offre d’emploi.

Pour vous démarquer au mieux lors de l’entretien d’embauche, n’oubliez pas que votre savoir-faire, s’il est essentiel pour convaincre un recruteur, n’est pas l’unique point d’attention. Nouveau dada depuis quelques années, ces derniers prennent aussi en compte votre savoir-être, c’est-à-dire vos compétences comportementales. Les entreprises s’arrachent même certaines soft skills comme l’intelligence émotionnelle, le sens du service ou l’esprit critique. Si vous possédez l’une ou l’autre de ces compétences comportementales, n’oubliez pas d’en faire état dans votre présentation.

Comment présenter vos compétences techniques et comportementales ? Présentez des réalisations concrètes et étayées. Pour vous démarquer des autres candidats, illustrez avec des chiffres votre propos et montrez les projets aboutis sur lesquels vous avez travaillé. Vous pouvez par exemple apporter un iPad ou un ordinateur portable sur lequel vous aurez préalablement chargé vos réalisations.

Montrer que l’on connaît l’entreprise pour se démarquer des autres candidats

Pour vous différencier des autres candidats lors d’un entretien d’embauche, une stratégie payante consiste à vous renseigner sur l’entreprise que vous convoitez. Vous pouvez notamment en apprendre plus sur son cœur de métier, ses concurrents, ses projets, mais aussi ses valeurs. Votre discours, mais également les questions que vous poserez au recruteur doivent témoigner de votre envie d’intégrer les effectifs de l’entreprise.

Si l’entreprise convoitée est sous les feux de la rampe, n’hésitez pas à aborder ce sujet d’actualité. Si le sujet ne met pas le recruteur dans l’embarras bien entendu.

Terminer l’entretien d’embauche en beauté pour se démarquer

Si vous avez fait un sans-faute pendant toute la durée de l’entretien, ne gâchez pas tout en loupant votre sortie. Pour se démarquer lors d’un entretien d’embauche, et terminer en beauté, saisissez l’opportunité de reprendre la parole lorsque le recruteur vous demandera si vous avez des questions. Pour éviter le « blanc », préparez, en amont de l’entretien, quelques questions orientées : 

  • Quels sont vos principaux clients (ou concurrents) ? 
  • À qui est rattaché le poste ? 
  • Quelles sont les principales difficultés du poste selon vous ? 
  • Pensez-vous que mon profil est en adéquation avec le poste ? 
  • Quelles sont les prochaines étapes du processus de recrutement ? 

L’objectif de ces questions concrètes est de montrer au recruteur que vous vous projetez dans le poste. Mais aussi de le conforter dans l’idée que votre motivation n’est plus à démontrer, elle est acquise.

2 ou 3 questions intelligemment posées au recruteur peuvent vous permettre soit de redresser la barre d’un début d’entretien hésitant, soit de confirmer la première opinion que votre interlocuteur s’était fait de vous. Alors n’hésitez pas à venir à l’entretien avec une flopée de questions préparées et choisissez les plus opportunes en fonction de ce qui a été dit ou non pendant son déroulé.

Soigner sa sortie jusqu’aux portes de l’entreprise

Quel est le piège de fin d’entretien ? Le relâchement ! Bien des candidats considèrent que l’entretien est terminé lorsque le recruteur se lève. Or, l’échange continue jusqu’à ce que les deux interlocuteurs se séparent. Pour ne pas risquer de dire la phrase de trop ou de vous griller sur une question piège, mieux vaut rester sur des banalités comme la météo, les places de stationnement dans le quartier ou encore le réseau de transport. À l’inverse, n’abordez surtout pas des sujets qui pourraient fâcher : l’actualité ou la politique.

Dernier conseil : restez concentré jusqu’au bout. C’est-à-dire, jusqu’à ce que vous ayez atteint le parking de l’entreprise. Une hôtesse d’accueil ou un collègue croisé dans les couloirs sont autant de témoins de votre attitude.

Laissez un commentaire